Select Page
Affranchis de 1848 – Paul DEMOSTHENES, esclave commandeur

Affranchis de 1848 – Paul DEMOSTHENES, esclave commandeur

En cette année 2018, les Réunionnais célèbreront les 170 ans de l’abolition de l’esclavage. Pour commémorer l’abolition, j’ai décidé de parler de mes ancêtres esclaves qui ont été affranchis en 1848. Dans ce billet, j’évoque la vie de Paul DEMOSTHENES, père de Faustin DEMOSTHENES dont j’avais parlé précédemment.

Adeline TARPELIA et Paul DEMOSTHENES, esclaves de Urbain LESPORT

Mon aïeule Adeline était esclave sur une une propriété appartenant à la succession de Urbain LESPORT au lieu-dit le Portail àSaint-Leu.

Elle y avait eu 4 enfants naturels Paul, Marceline, Faustin mon ancêtre et Clémence. Ces derniers avaient reçu le nom de DEMOSTHENES en 1848, et non le nom de TARPELIA attribué à leur mère, comme cela aurait dû être le cas pour des enfants naturels. Paul DEMOSTHENES avait donc reconnu ses enfants au moment de l’abolition. A son mariage en 1886, Faustin DEMOSTHENES ignorait le domicile et la profession de son père. On peut donc en déduire qu’il n’a plus eu de contacts avec son père après l’abolition.

Famille_Paul_DEMOSTHENES

Cellule familiale de Paul DEMOSTHENES

Paul DEMOSTHENES esclave commandeur

Pour en savoir plus sur la vie de Paul DEMOSTHENES quand il était esclave il faut consulter les feuilles de recensement de son maître, Urbain LESPORT.

Au recensement de 1843 à Saint-Leu, il est nommé Paul 1er (peut-être en référence à l’existence de son fils Paul né 1840). Il est décrit comme de caste créole de couleur noir aux cheveux crépus mesurant 1m68 et exerçant la profession de commandeur. Le terme “créole” ne représente pas une caste mais indique que l’esclave est né sur l’île. S’il est esclave, et qu’il est né à Bourbon, c’est donc que sa mère était aussi esclave.

ADR_StLeu_Rec_1843_6M508_LESPORT_DEMOSTHENES_Paul_1

Recensement de la Succession Lesport 1843 St-Leu (Source: AD Réunion, 6M508)

Au recensement de 1846 à, Paul était âgé de 46 ans, de caste créole, de couleur rouge aux cheveux lisses, mesurait 1m63 et était charpentier commandeur.

ADR_StLeu_Rec_1846_6M510_LESPORT_DEMOSTHENES_Paul_1

Recensement de la Succession Lesport 1846 St-Leu (Source: AD Réunion, 6M510)

La propriété comptait en 1846 un total de 96 esclaves (71 créoles, 8 malgaches, 17 cafres mozambiques), mais ne comptait pas d’animaux, de plantations.

ADR_StLeu_Rec_1846_6M510_LESPORT_DEMOSTHENES_Paul_2

Recensement de la Succession Lesport 1846 St-Leu (Source: AD Réunion, 6M510)

Certains détails physiques diffèrent selon le recensement, mais l’âge, l’origine et la 5ème position sur la feuille de recensement sont les mêmes. On peut imaginer que les recensements ont pu être réalisés en présence de régisseur différents.  Paul avait une position relativement importante sur la propriété puisqu’il était commandeur puis charpentier commandeur.  Le commandeur était l’esclave nommé par le propriétaire pour diriger les autres esclaves au travail. Il disposait d’une certaine autorité physique et morale. Il s’occupait aussi des châtiments si bien qu’on représente souvent le commandeur avec un fouet.

Le domaine d’Urbain LESPORT ne comptait pas de terres cultivées, le travail n’y était peut-être pas trop pénible.  J’aime à croire que Paul DEMOSTHENES n’était pas donc pas forcé d’être un de ces commandeurs violents comme on les représente presque systématiquement. Dans notre patrimoine musical, il existe une magnifique chanson qui évoque cette figure de l’esclavage qu’était le commandeur.  Dans Komandèr, un esclave parle de ses souffrances et du commandeur qui le maltraite, mais se dit que le temps des commandeurs sera bientôt révolu. J’ai découvert cette chanson il y a une vingtaine d’années, et j’ai été bouleversé par la poésie de ce texte en créole comme par la force du message. C’est devenu l’une de mes chansons créoles préférées alors même que je ne savais pas que j’avais un ancêtre esclave commandeur.

Paul DEMOSTHENES après l’abolition

Une fois libre Paul DEMOSTHENES ne quitta pas la commune de Saint-Leu. Il y épousa en 1854 Louise DONVAL, plus jeune de 25 ans, qui était veuve depuis 3 ans. Louise DONVAL était aussi une créole affranchie de 1848 à Saint-Leu.  Les mariés ne produisirent pas un extrait des registres spéciaux, mais un extrait d’âge qui précisait leur année de naissance et le nom de leur mère.

Paul et Louise étaient cultivateurs au Grand Fond à Saint-Leu. On peut donc imaginer qu’ils ont fait partie des ces affranchis qui ont acquis un petit lopin de terre pour subsister à leurs propres moyens et surtout pour éviter le travail obligatoire. Le décret d’abolition donnait la liberté aux anciens esclaves mais rendait obligatoire pour ces dernier d’avoir un contrat d’engagement avec un employeur de leur choix. Seuls les affranchis qui pouvaient justifier d’une pièce de terre, d’un revenu et ou d’un métier productif étaient dispensés du contrat d’engagement.

Paul DEMOSTHENES et Louise DONVAL eurent un enfant nommé Henry Paul qui mourut en bas-âge. Louise DONVAL mourut en 1857, 10 jours après le décès de son fils, elle avait 33 ans.

Paul DEMOSTHENES se remaria en 1861, il avait alors 61 ans. Sa deuxième épouse Joséphine DORLIN avait 13 ans de moins que lui et était veuve et elle aussi une affranchie de 1848. Le couple semble avoir toujours vécu au Grand Fond à Saint-Leu. Joséphine décéda en 1885 à Saint-Leu, Paul DEMOSTHENES avait alors 85 ans.

Malgré mes recherches dans les registres, je n’ai toujours pas trouvé le décès de Paul DEMOSTHENES. Je sais donc qu’il était encore vivant le 22 Décembre 1885 quand sa deuxième épouse est décédée.

Portail_StLeu_Mappy

Lieux-dits “Grand Fond” et “Le Portail” commune de Saint-Leu (Source: fr.mappy.com)

Conclusion

Paul DEMOSTHENES vécut 49 ans en esclavage et au moins 37 ans en homme libre. Voilà quelqu’un qui aurait eu des histoires sûrement intéressantes à raconter. J’aurais aimé lui demander comment il a vécu tous ces changements et surtout pourquoi il a été séparé d’Adeline et de ses enfants.  Comme beaucoup d’esclaves, il n’aura pas laissé beaucoup de traces dans les archives. Il aura au moins laissé un patronyme qui sort de l’ordinaire et qui est encore porté aujourd’hui à la Réunion. Et finalement, il y a au moins deux personnes qui parlent encore régulièrement de lui aujourd’hui, mon père et moi.

Affranchis de 1848 – Faustin DEMOSTHENES

Affranchis de 1848 – Faustin DEMOSTHENES

En cette année 2018, les Réunionnais célèbreront les 170 ans de l’abolition de l’esclavage. Pour commémorer l’abolition, j’ai décidé de parler de mes ancêtres esclaves qui ont été affranchis en 1848. Dans ce billet, premier de la série, je parle de Faustin DEMOSTHENES (1845-1904) mon ancêtre à la 5ème génération (AAAGP).

Faustin DEMOSTHENES, enfant de l’abolition

Faustin naît le 26 Mai 1845 sur une propriété située au lieu-dit le Portail de la commune de Saint-Leu et faisant partie de la succession d’Urbain LESPORT. Urbain LESPORT est décédé en 1840 et 5 ans plus tard sa succession, qui ne compte pas moins de 14 bénéficiaires, n’est toujours pas réglée. C’est donc le régisseur des biens de cette succession, Albert Ricquebourg qui déclare la naissance.

ADR_4E9:259_STLE_1845_N_DEMOSTHENES_Faustin_1

ADR_4E9:259_STLE_1845_N_DEMOSTHENES_Faustin_2

Acte de naissance de Faustin, Registre des naissances d’esclaves, Saint-Leu, 1845 ; © www.cg974.fr – Département de La Réunion – Archives Départementales de la Réunion

L’acte est tiré du registre des naissances d’esclaves de la commune de Saint-Leu et il précise que “la nommée Adeline créole, âgée de trente ans, inscrite sous le numéro 2334 du Registre à Souche, esclave dépendant de la dite succession, est accouchée hier à trois heures après midi d’un garçon nommé Faustin“.

Les esclaves n’avaient pas de noms de famille et étaient inscrits, à partir de 1840,  sur un registre matricule tenu dans chaque commune. Le numéro 2334 du registre matricule permet d’identifier Adeline parmi les esclaves de la commune de Saint-Leu. Grâce à ce numéro, j’ai trouvé dans le registres des naissances d’esclaves de Saint-Leu, 3 autres enfants d’Adeline tous nés sur la même propriété: Paul en 1840, Marceline en 1842, et Clémence 1847.

Faustin ne grandira pas en esclavage puisque tous les esclaves sont libérés lors de l’abolition en 1848 alors qu’il n’a que 3 ans et demi. Il grandira à Saint-Denis où sa mère Adeline s’est installée et où elle s’est mariée avec un autre affranchi de 1848 qui exerçait la profession de charpentier. J’en parlerai dans un prochain article.

L’acte de mariage, une pièce essentielle

L’acte de mariage est une pièce essentielle pour comprendre l’histoire des affranchis de 1848. Celui relatant le mariage de Faustin DEMOSTHENES ne fait pas exception.

Faustin épouse Elisa BRUNIQUET le 7 Juillet 1886 à St-Denis. L’acte de mariage  précise que Faustin DEMOSTHENES est “maçon domicilié de cette ville (St-Denis) né en cette île commune de Saint-Leu en l’année mil huit-cent quarante cinq, fils majeur de Paul DEMOSTHENES (on ignore sa profession et son domicile) et de feue Adeline TARPÉLIA veuve de Célestin VIGNERON de son vivant bazardière, domiciliée de cette ville). Les pièces suivantes sont présentées “… 2° d’un extrait des registres spéciaux de la commune de Saint-Leu (Registre Bernold Prudent n.1242) pour remplacer l’acte de naissance du futur époux ; 3° d’un acte de notoriété reçu par devant Monsieur le Juge de Paix de cette ville, en date du onze Mai dernier constatant l’absence du père du futur époux … ” 

ANOM_StDenis_18888_M_DEMOSTHENES_Extrait_Reg_Speciaux

Mariage Faustin DEMOSTHENES x Elisa BRUNIQUET 1886 St-Denis (Archives Nationales d’Outre-Mer)

Les mariés reconnaissent cinq enfants dont mon arrière arrière grand-mère Uranie DEMOSTHENES née en 1868.

L’extrait des registres spéciaux de la commune de Saint-Leu fourni en lieu et place de l’acte de naissance confirme que Faustin a été affranchi à Saint-Leu lors de l’abolition en 1848. Les registres spéciaux ont été ouverts au moment de l’abolition en 1848 pour y inscrire l’identité des esclaves qui devenaient alors des nouveaux citoyens. S’il a été affranchi à Saint-Leu, c’est qu’il était esclave sur une propriété située dans la commune de Saint-Leu. Malheureusement les registres spéciaux de la commune de Saint-Leu ne sont pas parvenus jusqu’à nous.

Au moment de l’abolition, Faustin s’est donc vu attribué le nom de son père: DEMOSTHENES. Il est probable que le délégué Bernold PRUDENT était un connaisseur de la culture grecque. Selon Wikipedia, Demosthenes était un homme d’état athénien, grand orateur qui selon la légende s’entraînait à parler avec un cailloux dans la bouche pour vaincre ses problèmes d’élocution. On peut se demander ce qui a inspiré le délégué. Paul DEMOSTHENES était-il un bon parleur ?  J’explorerai cette piste dans un prochain article qui lui sera consacré.

Une famille séparée après l’abolition

L’acte de mariage nous révèle donc une information qui n’était pas présente sur “l’acte de naissance” de Faustin: l’identité de son père, une esclave nommé Paul. Paul et Adeline n’étaient pas mariés, comme le confirment les actes de naissances des autres enfants d’Adeline où le père n’est pas nommé.  De plus, s’ils avaient été mariés Adeline aurait reçu le nom de DEMOSTHENES comme son mari, or elle porte le nom de TARPÉLIA.

Paul DEMOSTHENES a certainement reconnu être le père de Faustin au moment de l’abolition, ce qui expliquerait pourquoi Faustin reçu le nom de DEMOSTHENES.

Toujours selon l’acte de mariage, Faustin DEMOSTHENES ignorait la profession et le domicile de son père Paul DEMOSTHENES. Un acte de notoriété a même été passé chez le juge. Sa mère Adeline TARPÉLIA était veuve de Célestin VIGNERON. On devine donc que les parents de Faustin ont été séparés après l’abolition. J’y reviendrai.

Faustin DEMOSTHENES savait signer. Il a probablement fréquenté l’une des écoles créées par l’église pour jeunes affranchis au moment de l’abolition.

ADR_1886_SIGN_DEMOSTHENES_Faustin

Signature de Faustin DEMOSTHENES à son mariage.

Faustin exerça la profession de maçon. Après l’abolition, les affranchis préféraient exercer des métiers manuels tels que maçon, menuisier, charpentier. Ses métiers leurs permettaient d’éviter les travaux agricoles qui leur rappelaient leur ancienne condition d’esclave.

Faustin vécut avec sa famille à Saint-Denis dans le quartier de Patates à Durand où il mourut en 1904.

Descendance

Aucun souvenir ni aucune anecdote sur Faustin DEMOSTHENES ne me  sont malheureusement parvenus.  Faustin DEMOSTHENES a pourtant eu 7 enfants et 25 petits-enfants dont la dernière, Claire VAILLANT (1918-2012), que mon père appelait cousine Claire, n’est décédée que récemment. Cousine Claire, outre les nombreuses histoires sur notre famille qu’elle a transmis à mon père, nous a surtout transmis une photo qui m’est très chère. C’est celle de mon arrière arrière grand-mère Uranie DEMOSTHENES (1868-1926), fille de Faustin DEMOSTHENES. Elle a probablement été prise vers 1924.

Uranie Demosthenes 1924

Uranie DEMOSTHENES (1868-1926)

Le nom DEMOSTHENES est encore porté à la Réunion, par des descendants de mon arrière arrière grand-oncle Séverin DEMOSTHENES (1877-1943), le seul fils de Faustin DEMOSTHENES ayant atteint l’âge adulte. J’espère que cet article me permettra de rentrer en contact avec des descendants.

Dans un prochain article je parlerai des parents de Faustin DEMOSTHENES, Paul DEMOSTHENES et Adeline TARPELIA eux aussi affranchis en 1848.


Sources consultées

Registre des Mariages de Saint-Denis (Archives Nationales d’Outre-Mer)

Registre des Naissances d’esclaves de Saint-Leu (Archives Départementales de la Réunion)

Recherches de Patrick ONEZIME-LAUDE.

Mes ancêtres esclaves affranchis en 1848

Mes ancêtres esclaves affranchis en 1848

En cette année 2018 nous fêterons les 170 ans de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Le décret d’abolition fut proclamé le 20 Décembre 1848 à la Réunion. Cette date est un jour férié à la Réunion et elle est fêtée par tous les Réunionnais dans le monde. Ne vivant ni à la Réunion ni en France, je ne pourrai probablement pas participer aux commémorations qui seront organisées cette année. Alors j’ai décidé de mettre à l’honneur sur le blog mes ancêtres esclaves, et particulièrement ceux qui ont été affranchis lors de le l’abolition en 1848.

Les registres spéciaux

L’enregistrement des affranchissements se fera pour l’essentiel de Novembre 1848 à Février 1849. 62000 esclaves n’ayant que des prénoms se voient attribuer un patronyme. Le prénom du nouveau libre ainsi que le patronyme qui lui est attribué sont enregistrés sur des registres spéciaux qui seront la preuve de leur citoyenneté. Malheureusement, 29 registres ont été perdus (ou détruits) et seuls 37 registres spéciaux sont arrivés jusqu’à nous.

Ces registres sont tenus par les maires des communes ou leurs délégués. On les désigne souvent sous le nom du délégué. Ci-dessous un extrait du registre Ozoux de la commune de Saint-Denis sur lequel on peut lire:   “Le citoyen Bienvenu père et mère inconnus, inscrit sur le registre matricule de St-Denis sous le numéro 2396 s’est présenté et après avoir été reconnu par nous, il a reçu les noms et prénoms de Walcomme Bienvenu. St-Denis le 1er Décembre 1848. Le délégué Ozoux.” L’inscription précise aussi que c’est un homme(“M”) et qu’il est né en 1805. Les esclaves étaient inscrits sur un registre de matricules tenu par les communes. Bienvenu était le numéro 2396.

RegSpec_StDenis_Ozoux_WALLCOME_Bienvenu

Registre spécial Ozoux, EDEPOT2/381, Archives Départementales de la Réunion. © www.cg974.fr – Département de La Réunion

Ce n’est bien évidemment pas l’esclave qui choisissait son patronyme, mais plutôt le délégué à l’enregistrement. Si le nom de Walcomme pour un homme prénommé Bienvenu peut prêter à sourire, il est clair que certains patronymes ont été attribués avec l’intention de ridiculiser l’esclave. J’en parlerais probablement dans un autre article.

Comment reconnaître des anciens esclaves affranchis à l’abolition ?

Un nom de famille “sortant de l’ordinaire” peut être l’indication d’une personne affranchie en 1848. Les délégués à l’enregistrement ont dû inventé beaucoup de noms. Mais c’est le plus souvent dans les actes de mariage que l’on reconnaît des anciens esclaves affranchis lors de l’abolition en 1848. Dans l’impossibilité de présenter un acte de naissance, ils devaient présenter un extrait de ces registres spéciaux.

Ci-dessous un extrait de l’acte de mariage de mes arrière-arrière-arrière grand-parents Faustin DEMOSTHENES (1845-1904) et Elisa BRUNIQUET (1851-1908). Faustin DEMOSTHENES présente un extrait des registres spéciaux de la commune de St-Leu (Registre Bernold Prudent n.1242). Cela signifie qu’il a été affranchi à St-Leu, il était donc l’esclave d’un propriétaire domicilié à St-Leu.

ANOM_StDenis_18888_M_DEMOSTHENES_Extrait_Reg_Speciaux

Mariage Faustin DEMOSTHENES x Elisa BRUNIQUET 1886 St-Denis (Archives Nationales d’Outre-Mer)

Les sources consultables

Les Archives Départementales de la Réunion (ADR) ont mis en ligne les 37 registres spéciaux qui leur sont parvenus: Registres spéciaux d’affranchissements.

Pierrette et Bernard NOURRIGAT ont réalisé des relevés d’affranchissements (toutes périodes). Ces relevés sont consultables en salle de lecture aux Archives Départementales de la Réunion ou auprès du Cercle Généalogique de Bourbon.

Identifier le propriétaire de nos ancêtres esclaves

Pour aller plus loin, il faut identifier le propriétaire des anciens esclaves, et consulter les feuilles de recensement correspondantes. Pour cela les travaux de l’anthropologue et historien Gilles Gérard et son site La Famille Esclave à Bourbon sont incontournables.

Gilles GERARD a travaillé sur les recensements disponibles aux ADR, et a croisé ces données avec les actes d’état civil d’après 1848 et les relevés d’affranchissements de Pierrette et Bernard NOURRIGAT.  Ce travail continue et il a la gentillesse de mettre son travail en libre accès. J’expliquerai dans les prochains articles comment j’utilise ses données dans ma recherche sur mes esclaves affranchis.

Non-dit ou ignorance?

Malgré les 50 ans d’efforts de mon père pour collecter auprès des plus anciens les histoires de notre famille, la tradition orale ne m’a apporté aucune information sur mes ancêtres libérés lors de l’abolition. Tout ce que je sais, je l’ai appris de mon père et donc de documents d’archives.

Je n’ai pas encore assez lu sur le sujet mais je pense que le “non-dit” s’est peut-être installé.  L’on était pas fier de ses origines esclaves. Enfant, mon père avait entendu dire dans la famille que nous avions des ancêtres grecs par son arrière grand-mère Uranie DEMOSTHENES. Comment expliquer une telle croyance? Mon arrière grand-père né en 1900, 52 ans après l’abolition, ne savait-il pas que 2 de ses 4 grands-parents et 6 de ses 8 arrières grands-parents étaient nés en esclavage?  Mon père a une fois demandé à sa mère si elle savait qu’elle avait des ancêtres esclaves ou si on lui en avait parlé. Sa réponse fut négative: “Non. Bin mon enfant, na pwin d’koi et’ fier” (Mon enfant, il n’y a pas de quoi être fier).

Que ce soit le non-dit ou l’ignorance, cela s’est heureusement arrêté à mon père qui n’a jamais cessé de me parler de mes ancêtres esclaves. En 2004 dans un article pour le bulletin du Cercle Généalogique de Bourbon, il écrivait: “J’ai entrepris une recherche systématique de ces ancêtres soit nés en esclavage à Bourbon, soit emmenés de leurs terres natales sur notre île, et ai décidé de les nommer et les ramener à la mémoire de tous“. Le témoin est passé, je continue son travail.