Affranchis de 1848 – Henriette, Mélanie et Valéry Detorvick

Aujourd’hui 20 Décembre, c’est la Fet’ Kaf à la Réunion. Les Réunionnais commémorent la proclamation de l’abolition de l’esclavage le 20 Décembre 1848. Si vous êtes à la Réunion, je vous encourage à profiter des diverses manifestations organisées pour les 170 ans de l’abolition. Je saisis l’occasion pour avancer sur mon objectif de l’année, parler des mes ancêtres affranchis en 1848. J’évoque cette fois Henriette, Mélanie et Valéry DETORVICK et leur identification dans les registres spéciaux de 1848.

L’acte de mariage qui lève le voile

Valéry et Mélanie DETORVICK sont mes 4 x arrières grands-parents. Leur fille Henriette est l’arrière grand-mère de ma grand-mère paternelle. Je l’avais évoqué dans un précédent billet, ma grand-mère paternelle ne savait pas qu’elle avait des ancêtres esclave.

C’est l’acte de mariage de mes arrière arrière arrière grands-parents Emile (COLOGON) et Henriette DETORVICK en 1855 qui lève le voile sur les origines esclaves d’Henriette DETORVICK. Il précise qu’un « extrait des registres spéciaux » est fourni « pour remplacer l’acte de naissance de la future épouse ». Ces registres spéciaux sont en fait les « Registres destinés à l’inscription des personnes non-libres en vertu du décret du 27 Avril 1848« .

Acte de mariage du 23 Mai 1855 à Saint-Denis (Réunion), Emile et Henriette DETORVICK (Source: ANOM)

Registres spéciaux et registres matricules

Le gouvernement provisoire de la Deuxième République avait décrété l’abolition de l’esclavage le 27 Avril 1848. Il souhaitait organiser les élections « dans le plus bref délai possible après la libération générale des esclaves, devenus citoyens français » et donna l’instruction suivante: « les listes électorales seront dressées selon les circonstances propres à chaque colonie, au moyen: 1° des listes électorales antérieures … 4° des registres qui devront être immédiatement établis pour la population actuellement esclave, et sur lesquels tous les individus aujourd’hui portés aux registres matricules des esclaves seront inscrits sous les noms patronymiques qui leur seront attribués ».

Les esclaves n’avaient pas de nom de famille. On les identifiait par leur prénom ou leur surnom et, depuis 1840 par des numéros de matricule. L’ ordonnance du 11 Juin 1839 sur les recensements et l’affranchissement des esclaves dans les colonies[efn_note]Voir chapitre 1er article 6 de l’ordonnance. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54924258/f208.item [/efn_note] précisait qu’à la clôture du recensement général de l’année suivante, il serait « formé à la mairie de chaque commune, un registre contenant la matricule individuelle de tous les esclaves recensés dans la dite commune … La matricule devait énoncer le nom et les prénoms du maître, sa profession et le lieu de sa résidence et devait contenir le nom de ses esclaves, leur sexe, leur âge et les signes particuliers propres à constater leur identité, et préciser quels esclaves étaient mariés ».

Sur les 66 registres spéciaux ouverts dans les communes pour l’inscription des personnes non-libres, seuls 37 nous sont parvenus. Ils ont été numérisés et sont accessibles sur le site des Archives Départementales de la Réunion. A l’exception de la commune de Saint-Benoît, ces registres n’ont malheureusement pas de répertoires. En consultant les relevés réalisés par Pierrette et Bernard NOURIGAT[efn_note]Pierrette et Bernard NOURIGAT ont notamment relevé tous les affranchissements de 1815 à 1848 en consultant notamment les registres spéciaux, les bulletins officiels et les actes de mariages après 1848. Ces relevés sont disponibles dans la salle de lecture des Archives Départementales, auprès du Cercle Généalogique de Bourbon, ou via la liste de diffusion Genbourbon.[/efn_note], j’ai pu identifier que Valéry, Mélanie et Henriette DETORVICK ont été inscrits sur le registre n°1 tenu par A. Selhausen aux numéros 874, 875 et 879.

Quelles informations y trouve t-on ?

La formulation est la même pour toutes: « Le citoyen Valéry, inscrit au Reg(istre) M(atricule) de St-Denis sous le numéro 10397 s’est présenté et après avoir été reconnu par nous a reçu le nom de DETORVICK« . Le sexe et l’année de naissance sont précisés. Ces années de naissance sont parfois approximatives, en particulier quand l’esclave provient de la traite négrière et qu’il est né hors de l’île. Le registre précise que Mélanie est « la femme de Valéry ». Ceci suggère un mariage avant 1848 ce qui était rare dans la population esclave.

Valéry et Mélanie DETORVICK inscrits sur le registre Selhausen n°1 (Source: EDEPOT2/379 AD Réunion)
Henriette DETORVICK, inscrite au n.879 sur le registre Selhausen n°1 (Source: EDEPOT3/379 AD Réunion)

Voici les informations extraites des registres.

[table id=1 /]

De ces informations on peut faire les suppositions suivantes:

  • Les numéros de matricule consécutifs suggèrent qu’en 1840 à la création des registres matricules, la famille était « ensemble », et esclave d’un même propriétaire.
  • Françoise, Aimée, Henriette, Anaïs, Armand sont identifiés comme les enfants de Mélanie. Cela suggère que le mariage de Valéry et Mélanie a eu lieu après leur naissance.

Les registres spéciaux contiennent finalement peu d’informations: ils ne mentionnent pas le lieu ou pays de naissance des esclaves ni qui étaient leur propriétaires. Cela ne diminue en rien leur importance historique et généalogique. Ils sont la trace de l’accession de 62000 esclaves à la liberté, et ils sont aussi les premiers registres (source directe) où sont mentionnés les noms de famille attribués aux nouveaux libres.

Les recensements à la rescousse

En consultant le site de Gilles Gérard La famille esclave à Bourbon (1) j’ai pu identifier qu’Henriette, Mélanie et Valéry DETORVICK étaient esclaves de Victor MAILLET. L’étape suivante fut de consulter les feuilles de recensement de Victor MAILLET aux Archives Départementales de la Réunion.

Extrait du recensement de Victor Adolphe MAILLET, St-Denis, 1847 (Source: AD Réunion)

Ces recensements m’ont permis d’identifier les origines de mes ancêtres.

  • Valéry était originaire de l’Inde et au moment du recensement il mesurait 1m51, était infirme avait une hernie.
  • Mélanie était originaire de Madagascar, et au moment du recensement mesurait 1m51, servait son maître en tant que domestique et il lui manquait 4 dents.
  • Henriette était créole (i.e. née à l’île Bourbon), mesurait 1m48 et servait son maitre comme domestique.
  • Si le premier enfant est né en 1820, alors Mélanie a été amenée sur l’île au plus tard en 1820.

Cela permet aussi de percer le mystère de ce nom choisi pour cette famille. Le propriétaire de cette famille d’esclaves se prénommait Victor. Ils étaient les « esclaves de Victor ». Par inversion de syllabes, Victor est devenu TORVIC et cela donne « les esclaves DE TORVICK ». Le nom attribué fut DETORVICK.

CONCLUSION

Mon arrière arrière arrière grand-mère Henriette vécut jusqu’en 1881. Sa mère Mélanie ne connut pas longtemps la liberté puisqu’elle mourut 6 mois après l’abolition. Enfin, je n’ai toujours pas trouvé le décès de Valéry DETORVICK. Je sais qu’il habitait encore St-Denis fin 1849 où il était employé comme homme de charge. Il me reste encore beaucoup de recherches à faire pour essayer de me cerner leur vie d’esclaves. Ce sont les recherches les moins faciles à faire, celles qui nécessitent d’être sur place aux Archives Départementales de la Réunion. J’ai une pensée pour eux aujourd’hui, en attendant d’en savoir plus ou de peut-être les rencontrer. Qui sait ? 🙂


NOTES

(1)  Gilles Gérard met à disposition sa base donnée issue de la thèse en Histoire qu’il a soutenue et qui visait à démontrer l’existence de structure familiale pendant la période de l’esclavage. L’auteur continue ses recherches et met la base régulièrement à jour. Pour reconstituer ces familles, Gilles Gérard a croisé diverses données: les recensements d’avant 1848, les registres de l’état civil ainsi que les relevés d’affranchissement réalisés par Pierrette et Bernard Nourigat.

4 commentaires »

  1. Bravo pour cet article fort bien documenté et bravo aussi pour votre honnêteté qui vous fait citer vos sources de documentation…… Cordialement et à votre disposition sur Genbourbon si vous avez des questions….. (P&B Nourigat)

    J'aime

  2. Un article fort intéressant une fois de plus 🙂 La première question que je me suis posée était celle de l’origine du nom Detorvick, car on retrouve beaucoup ce système d’inversion des syllabes en Martinique aussi dans les registres d’individualités.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.